Choix budgétaire : Voici les grandes orientations pour la croissance au Togo en 2022

0
132

Le gouvernement togolais fait déjà des projections pour améliorer le taux de croissance en 2022. Selon la représentation nationale, ceci passe nécessairement par un choix budgétaire bien orienté qui consacre une gestion judicieuse des ressources du pays. Réunis en plénière mardi 28 décembre 2021, et en présence des commissaires du gouvernement, les députés togolais ont adopté la loi de finance 2022 qui s’équilibre en ressource et en charge à hauteur de  1.779 milliards de francs CFA soit une hausse de 4,5% comparativement au budget de l’année précédente.

Selon le Ministre Sani Yaya, les recettes budgétaires s’établissent 1070,9 millirads de francs CFA contre 915,6 milliards en 2021. Soit une hausse de 17% alors que les dépenses budgétaires passent de 1219,3 milliards de francs CFA en 2021 à 1 330 milliards en 2022 en progression de 9,1%.

Les grandes orientations et choix budgétaires  pour 2022

Pour l’année 2022, le gouvernement togolais s’engage à poursuivre la promotion d’une gestion efficiente à travers la consolidation de la politique de réforme et d’assainissement des finances publiques et de transparence dans la gestion des deniers publics tant au niveau des opérations de mobilisation des recettes que de la consommation des crédits.

Le gouvernement poursuivra dans le cadre des mesures sociales l’appui aux ménages et aux entreprises considérablement affectés par la crise sanitaire liée au coronavirus. A cet égard, les mesures pour contenir les tensions inflationnistes dues à la hausse des cours des denrées alimentaires et aux effets décalés de l’augmentation des prix du pétrole seront une priorité.

Toujours selon le ministre des finances, la trajectoire de croissance projette le taux de croissance réelle en 2022 à 6,1% avec pour ambition d’atteindre une croissance réelle de 7% d’ici à 2025 et avec un taux d’inflation maitrisé sous le seuil de 3% sur toute la période grâce aux performances économiques attendues et aux efforts d’assainissement des finances publiques.

Aussi, le profil des indicateurs macroéconomiques et budgétaire devrait-il s’améliorer notamment ceux relatifs au solde budgétaire, à la masse salariale rapportée aux recettes fiscales et aux taux de pression fiscale.

Reporterdafrique

 

 

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here