16 jours d’activisme : Des enseignants formés pour combattre les violences sexistes en milieu scolaire

0
99

La  croix bleue du Togo poursuit sa mission de lutte contre les violences faites aux femmes dans le cadre des 16 jours d’activisme, édition 2021. Agir sur l’éducation des futures cadres du pays reste l’une des stratégies engagées par le Réseau MenEngage  dans la lutte contre les violences basées sur le genre. Dans la dynamique des activités en cours pour le compte de la campagne engagée par le réseau MenEngage en collaboration avec l’ONG SONKE GENDE et IAMANEH Suisse, plusieurs enseignants du secondaire ont été formés samedi 04 décembre 2021 à Lomé. Ces derniers ayant vu leurs capacités renforcées relativement aux violences sexistes en milieux scolaires, ont désormais la mission d’œuvrer pour réduire les violences sexistes à l’égard des filles et de sensibiliser leurs pairs sur le phénomène.

Photo avec les participants

Les violences sexistes à l’égard des filles en milieux scolaires, il n’en manque pas au Togo. Selon une étude menée en 2010, 4% des filles scolarisées sont victimes de violences sexuelles et 88% sont victimes de violences physiques, psychologiques et autres au Togo.

En vue d’impacter significativement le phénomène dans les établissements scolaires du pays, plusieurs enseignants du secondaire ont été sensibilisés samedi 04 décembre 2021 sur le sujet. Au cœur des discussions marquées notamment par une approche participative, les causes de la violence sexiste, ses manifestations, et mesures pour y remédier.

Photo prise séance tenante

Selon la formatrice Edoh Massan Sylvie, venue de l’ONG CADI – Togo, en dehors, de leur rôle d’inculquer le savoir à ces élèves, les enseignants ont la mission de participer à l’éducation des apprenants en abordant les différentes formes de violences sexistes ainsi que leurs conséquences sur les études des victimes. « Votre rôle c’est aussi d’intervenir dans l’éducation de vos élèves. En abordant ces sujets avec eux, vous contribuez à leur réussite car leur future vous engage tout de même d’une manière ou d’une autre », a-t-elle adressé aux participants.

Pour la croix bleue du Togo, et ses partenaires, l’idée d’intervenir au niveau des enseignants est de faire en sorte que la lutte commence au niveau des plus jeunes pour avoir un impact sur les citoyens de demain. « Nous savons que beaucoup de choses se passent en milieu scolaire surtout les violences basées sur le genre. Et donc, nous avons choisi ces enseignants pour les conscientiser sur le phénomène, pour qu’ils forment des futurs cadres qui soient résilients à ces genres de comportements », a expliqué Isidore Ayao Motchon, Coordonnateur de la Croix Bleue du Togo.

Reporterdafrique

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here