L’agriculture et l’énergie, des secteurs économiques porteurs au Togo

0
33

Les secteurs agricole et énergétique sont en pleine métamorphose au Togo, pays où le besoin en énergie électrique est grand et où l’agriculture occupe près de 65% de la population active et représente 40% du Produit intérieur brut (PIB). De 2005 à ce jour, le chef de l’État Faure Gnassingbé s’est donné comme priorité le développement des secteurs susmentionnés pour bannir la pauvreté et changer radicalement la vie des électeurs.

Le Mécanisme incitatif de financement agricole fondé sur le partage des risques (Mifa) est l’un des grands projets réformateurs, enclenché en 2018 pour rehausser le niveau de l’agriculture. 03 années après son lancement, il a accompagné 211 155 acteurs dont près de 203 000 producteurs et créé 274 846 emplois, avec une somme de 27 milliards de francs CFA mobilisée. D’ici 2027, le mécanisme entend faire porter à 5% la part des crédits bancaires alloués aux agriculteurs et réduire de 15 à 7,5% le taux d’intérêt.

Le Paeij-SP et ses accomplissements

De 2016 à 2020, le Projet d’appui à l’employabilité et à l’insertion des jeunes dans les secteurs porteurs (Paeij-SP) a alloué 13,3 milliards de francs CFA de crédits à 20 PME/PMI. Il a facilité l’accès au financement de 1 420 primo-entrepreneurs, la création de 35 000 emplois directs, l’appui de 2 135 groupements agricoles et la mise en groupement de 774 primo-entrepreneurs individuels et 1 159 primo-entrepreneurs. La volonté de transformer le secteur et redresser le niveau de vie des ménages d’agriculteurs s’est intensifié avec l’opérationnalisation de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) en juin 2021.

Une énergie électrique plus disponible

Aujourd’hui, on estime le taux d’électrification national à 50%. Il devrait passer à 100% d’ici 2030. Comme l’agriculture, le secteur énergétique est soumis à des réformes. Depuis 2017, l’initiative présidentielle d’électrification rurale (Cizo) vise un accès à l’électricité par la fourniture des kits solaires individuels à des coûts faibles pour 02 millions de citoyens, soit 300 000 foyers. Il prévoit l’équipement de 800 centres de santé et 3 000 petites exploitations.

Il y a d’un autre côté la centrale thermique Kékéli, dotée d’une puissance prévisionnelle de 65 MW et la centrale photovoltaïque de Blitta (50 MW). Ces capacités énergétiques seront renforcées avec l’électrification de 350 localités par le système solaire photovoltaïque, grâce à un partenariat entre le Togo et Exim Bank of India. Cette entente favorisera l’installation de 2 000 systèmes d’irrigation solaire et 500 systèmes de pompage solaire pour l’adduction en eau potable, l’électrification de 500 écoles, l’installation de 12 000 lampadaires solaires et la formation en maintenance et exploitation des équipements dans les villages.

Par ailleurs, on annonce l’installation prochaine de 02 autres centrales solaires à Salimdè (préfecture de Tchaoudjo) et à Awandjélo (dans la Kozah) pour une capacité cumulée comprise entre 60 et 80 MWc. Que la lumière soit !

La Rédaction

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here