Togo : La CEJUS forme des journalistes pour combattre l’extrémisme violent en temps de Covid

0
34

La Clinique d’Expertise Juridique et Sociale (CEJUS), veut mettre des journalistes à contribution dans sa lutte contre l’extrémisme violent en ces temps de crise généralisée liées à la covid-19 au Togo. La prévention étant de mise, lundi 18 octobre 2021, en collaboration avec l’agence américaine pour le développement (USAID) cette organisation de la société civile togolaise a offert une formation à plusieurs dizaines de journalistes de Lomé et ses environs. Ceci, dans le cadre de son « projet de prévention de la propagation de la covid-19 et de l’extrémisme violent à travers la promotion de la cohésion sociale  au Togo ».

Dieudonné Kossi

Ce premier séminaire qui ouvre le bal à une série prévue pour avoir lieu dans les autres villes du Togo a réuni des jeunes et femmes journaliste sur les techniques de lutte contre la désinformation sur la covid-19 et la prévention de l’extrémisme violent au Togo.

Deux module ont essentiellement retenu l‘attention des participants à savoir : Les fondamentaux de lutte efficiente cotre la désinformation, la mésinformation et l’information malveillante, ainsi que le techniques pratiques de vérification de l’information.

Il est question pour la CEJUS et ses partenaires d’aider les journalistes à rester vigilant contre les fausses informations pouvant déboucher sur l’extrémisme violent au Togo tout en veillant à l’esprit de professionnalisme qui devrait régir le métier. « Nous avons voulu mettre l’accent sur l’importance de pouvoir non Seulement préserver le vivre ensemble mais de faire des jeunes et particulièrement les journalistes des acteurs de prévention et de sensibilisation autour os seulement de covid-19 mais également de l’extrémisme violent dans notre pays », a d’abord indiqué Dieudonné Kossi avant de préciser « dans un pays lorsque le journaliste devient lui-même une source de désinformations cela devient très dangereux pour nos sociétés et donc c’est pourquoi nous avons voulu réunir les journalistes de Lomé et ses environs autour des échanges relativement à l’identification de fausses nouvelles ».

Après Lomé, la CEJUS pense poursuivre le même combat dans les villes de l’intérieur du pays, Sokodé, Atakpamé, Kara feront partie des prochaines destinations.

Reporterdafrique

 

 

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here