Droit foncier communautaire : Ces dix recommandations de Lomé pour les États africains

0
108

Les rideaux sont tombés jeudi sur la troisième édition de l’Atelier régional des institutions foncières nationales pour la sécurisation des droits fonciers communautaires en Afrique. La rencontre co-organisée par le Ministère togolais de l’Urbanisme, de l’Habitat et de la Réforme Foncière, Rights and Resources Initiative (RRI) et International Land Coalition (ILC), en collaboration avec Konrad Adenauer Stiftung et Auto-promotion Rurale pour un Développement Humain Durable (ADHD) ont vu la présence de 12 états africains et d’experts internationaux. Les travaux débutés mardi et clôturés jeudi 14 octobre 2021 ont permis aux participants de produire des recommandations en faveur.

Photo: Clôture des travaux jeudi à Lomé

Les recommandations :

  1. Renforcer les moyens de partage d’information et d’expériences entre les pays de la région pour la promotion des droits fonciers communautaires ;
  2. Soutenir les institutions dans la mise en place et l’opérationnalisation des systèmes d’information foncière (SIF) contribuant à sécuriser les droits en faveur des communautés ;
  3. Maintenir les efforts pour identifier, reconnaître et protéger les droits fonciers des communautés, y compris les plus vulnérables (jeunes, femmes, nomades, personnes en situation d’handicap et autres) ;
  4. Renforcer la sécurité des régimes fonciers pour les femmes, les jeunes et les groupes vulnérables, afin de permettre leur participation effective aux processus et aux efforts pour atteindre et maintenir les ODD ; 3
  5. Mener le plaidoyer auprès des États et des acteurs clés dont les communautés et leurs représentants, les partenaires techniques et financiers, pour faire aboutir les processus de réforme foncière en cours, et les accompagner dans la mise en œuvre des lois et politiques foncières ;
  6. Assumer et assurer le financement de l’élaboration et la mise en œuvre des politiques et lois foncières participatives tenant compte des droits fonciers communautaires par les États ;
  7. Prioriser le renforcement des capacités humaines, financières, et techniques des institutions en charge du foncier par les États ;
  8. Mener le plaidoyer pour une décentralisation effective de la gestion foncière ;
  9. Dynamiser le Réseau des Institutions Foncières Africaines pour les Droits des Communautés (ALIN) à travers le suivi, l’apprentissage et la redevabilité entre pairs ;
  10. Encourager la coordination et la collaboration entre les acteurs de la gouvernance foncière au travers de plateformes multi-acteurs.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here