Relance des économies post-Covid-19 : Le Togo plaide pour une mobilisation accrue des ressources financières

0
99

Les Pays les moins avancés (PMA) ont tenu une réunion consacrée aux défis de développement. C’était le vendredi 17 septembre 2021 par visioconférence. Le Togo a été représenté à cette rencontre de haut niveau par Sandra Ablamba Johnson, Ministre, Secrétaire Général de la Présidence de la République. Dans sa déclaration de circonstance, la Ministre Sandra Ablamba Johnson a présenté la situation économique du Togo marquée par la crise sanitaire et les mécanismes mis en place pour la relance effective de l’économie nationale post-Covid-19.

Sandra Ablamba Johnson vendredi à Lomé

« Le Togo, à l’instar des autres pays du monde, est affecté par la pandémie au coronavirus qui a eu un impact considérable sur la vie des populations sur les plans économique, social et sanitaire. La crise du Covid-19 a été inédite dans son ampleur et dans sa soudaineté. Elle a occasionné des pertes estimées à presque 4 points de pourcentage du PIB ».

A en croire le gouvernement togolais, le pays a connu une croissance moyenne supérieure à 5% entre 2010 et 2019. Bien que cette croissance soit restée positive en 2020, elle se chiffre à 1,8% contre 5,3% en 2019.

Pour amorcer la reprise graduelle de l’économie nationale, le gouvernement togolais a réajusté sa stratégie de développement à travers l’adoption d’une feuille de route pour la période 2020-2025. L’objectif étant de « faire du Togo un pays de cohésion et de paix, et une Nation moderne avec une croissance économique inclusive et durable ».

Poursuivant son intervention, Sandra Ablamba Johnson, a rappelé les initiatives implémentées au Togo à travers la stratégie des 3R (Riposte-Résilience-Relance) pour contenir la maladie, assurer la croissance et atteindre les prévisions de croissance estimées à 4,8% pour l’année 2021.

Face à l’incertitude qui entoure les perspectives économiques à court et moyen termes avec l’apparition de nouvelles variantes et la nouvelle vague de contamination, la ministre Sandra Ablamba Johnson a partagé avec les parties prenantes les nouvelles initiatives du gouvernement pour lutter efficacement contre le fléau et garder le cap de la croissance.

Le Togo a privilégié la voie de l’investissement dans les secteurs à fort potentiel économique et à fort impact sur le bien-être de la population. En témoignent l’opérationnalisation de la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA) ainsi que la récente mise en service des centrales thermique de Lomé et photovoltaïque de Blitta.

Cette dynamique est soutenue par de nouvelles mesures sanitaires et sociales concrètes notamment l’intensification de la campagne de vaccination de masse, la gratuité des frais de scolarité et d’inscription dans les établissements publics d’enseignement secondaire, la gratuité des tranches sociales d’eau et d’électricité pour le mois d’août ainsi que le programme d’accompagnement des femmes enceintes et nouveau-nés, Wezou.

La crise sanitaire a réduit de manière drastique les flux de financement dans les Pays les moins avancés (PMA), compromettant ainsi la  trajectoire d’émergence de leur économie ainsi que leur engagement à atteindre les Objectifs de développement durable (ODD).

Pour renverser la tendance, Madame Sandra Ablamba Johnson a plaidé pour une mobilisation accrue des ressources en vue d’une riposte efficace contre la pandémie et la relance effective des économies africaines post-Covid-19.

« C’est le lieu de solliciter une fois encore l’appui des Nations Unies pour la mobilisation des partenaires internationaux et des institutions financières à travers la réallocation des Droits de tirage spéciaux  (DTS) pour soutenir la relance des économies africaines et l’accès universel aux vaccins ».

Source : Présidence Togolaise

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here