La politique d’éducation pour tous bat son plein au Togo

0
21

Il est universellement reconnu que l’éducation est une solide fondation pour l’émergence. Justement, le secteur retient l’attention des gouvernants togolais qui s’activent régulièrement pour garantir à tous une éducation de qualité à travers l’accroissement de l’équité et de l’accès à l’école, la réduction des disparités, la construction des infrastructures…

Pour pérenniser sa politique d’éducation universelle, le Togo n’hésite pas à augmenter selon les besoins, le budget alloué au secteur. De 25 milliards en 2005, il est monté à 195,5 milliards de francs CFA en 2021.

La gratuité des frais et l’alimentation scolaire

Au rang des initiatives prises pour assurer aux citoyens une éducation inclusive et de qualité, il y a en pole position la gratuité des frais de scolarité instituée au préscolaire et au primaire depuis 2008. Cette même année, les cantines scolaires sont nées avec pour objectif d’offrir des repas chauds aux apprenants issus des contrées vulnérables. Ces deux importantes mesures ont contribué à l’amélioration du taux de malnutrition et à l’augmentation du taux de fréquentation. Chaque année, plus de 90 000 élèves de plus de 315 écoles bénéficient de ces repas.

School Assur, programme de protection sociale

Mis en place depuis 2017, il garantit une assurance maladie aux élèves. School Assur a permis de prodiguer des soins médicaux gratuits à un grand nombre d’élèves. Les statistiques montrent qu’à ce jour, plus de 2 540 000 prises en charge ont été effectuées. Elles englobent les consultations, les analyses, les sollicitations de pharmacies, les hospitalisations et les chirurgies.

Gratuité des frais d’inscription aux examens

Les candidats aux examens (CEPD, BEPC, Bac 1, Bac 2, BTS, CFA, BT, CQP, BEP, CAP et DTSA) ont été acquittés des frais d’inscription, comme l’a promis le chef de l’Etat lors de sa campagne électorale. La suppression de ces frais pour l’année scolaire 2020-2021, a aidé plus de 484 755 candidats. Elle a coûté 1,9 milliards de francs CFA au gouvernement.

A côté de ces mesures, il y a la construction des Ecoles normales d’instituteurs (Eni), la multiplication des salles de classe, le recrutement des enseignants, l’adoption de nouveaux programmes éducatifs qui répondent aux exigences de l’heure. Pour le quinquennat actuel, les décideurs politiques ont conçu un programme alléchant qui prévoit la construction des collèges universitaires, la création des structures d’apprentissage et de formation pratique et professionnelle dans chaque préfecture, l’amélioration de l’attractivité du métier d’enseignant…

La Rédaction

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here