De la nécessité de sauver l’église évangélique presbytérienne du Togo du chao : Le Révérend Kotia montre la voie, des fidèles l’assignent en justice

0
732

L’église évangélique presbytérienne du Togo (EEPT) vit des moments très difficiles ces dernières années notamment depuis la rupture de la coopération avec les missionnaires allemands, partis du pays depuis quelques années maintenant. De lourdes peines financières pèsent sur les épaules des premiers responsables de cette église de Dieu confrontée à l’auto gestion des œuvres spirituelles et sociales y compris ses propres sources de revenus pour la prise en charge des pasteurs, catéchistes, enfants handicapés et autres personnes vulnérables identifiées comme telles au Togo. Mais devant des efforts pour y remédier, les agissements de certains fidèles de cette église de Dieu plongent la congrégation dans une division profonde qui amène l’Etat togolais à s’en mêler.

Photo

Des dettes faites d’arriérés de salaires, de redevances à la caisse nationale de la sécurité sociale (CNSS) et à l’office togolais des recettes (OTR) ainsi qu’à des établissements financiers, le tout estimé à plusieurs centaines de millions de francs CFA a obligé ces premiers responsables à prendre leurs responsabilités devant la situation pour permettre à l’église laissée à elle-même de reprendre son souffle et échapper au pire.

A en croire les dirigeants, « cette situation que traverse l’église n’est absolument liée ni aux hommes ni à la mauvaise gouvernance de l’église, le réel problème est que le donateur est parti, la coopération avec les missionnaires allemands a pris fin, les sources de financement ont tari ». Et justement pour permettre à l’église de trouver une issue et de reprendre les choses en main, l’ancien modérateur a mis sur pied une commission ad-hoc composée de personnes disposant de compétences techniques pour explorer des pistes. Les recommandations proposent de vendre certaines des structures qui ne sont plus très fonctionnelles ou qui ne répondent plus aux besoins de l’environnement immédiat pour remonter la pente.

Naturellement, comme toute autre organisation responsable, l’EEPT est une structure qui fonctionne grâce à des financements. Il faut assurer son fonctionnement et son exploitation. Il faut payer les salaires des animateurs, des enseignants, du personnel de santé, des catéchistes, des pasteurs et leurs pensions à la CNSS, c’est là même la réelle responsabilité de l’église appelée à durer dans le temps pour l’accolplissement de l’œuvre Dieu sur terre.

Alors si la vente de certains biens qui ne répondent plus aux urgences fonctionnelles peux aider à solder les différentes dettes et de regorger les caisses de l’église pourquoi pas ? C’est ainsi que le Révérend Dr Daniel Mawoussi Akotia, actuel modérateur du clergé de l’église évangélique presbytérienne du Togo a pris le devant de la vente d’un terrain abritant un immeuble sis à Hanoukopé au centre-ville de Lomé appartenant bien entendu à l’église à 1,5 milliards de francs CFA. Ledit bâtiment construit dans le temps pour des fins d’éducation et des soins médicaux est selon des sources proches de l’église dépassé par des structures soit privées soit étatiques plus innovantes.
Mais devant cette volonté de bien faire les choses, quelle ne fut pas la surprise du clergé de voir certains fidèles pris par on ne sait quelle envie de semer des troubles au sein de l’église en contestant cette vente au point même d’assigner le Révérend Kotia en justice.

Tout compte fait, il est question aujourd’hui de taire les divergences et de remédier durablement à la situation difficile que travers cette église de Dieu au Togo. Le bon sens ne voudrait-il plutôt pas que les fidèles d’une même congrégation confrontée à des douleurs unissent leurs énergies dans la prière et dans des actions saines plutôt que de s’exposer et de s’entre déchirer aux yeux du monde ? L’Eglise évangélique presbytérienne du Togo ne mérite-t-elle pas bien mieux que ça ?
Nous y reviendrons

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here