En plein essor, les filières ananas et mangue créent des emplois pour les Togolais

0
142

La terre ne trompe jamais. Cette formule notoire met en lumière l’importance socioéconomique de l’activité agricole dans le développement national. Elle est une véritable source d’emplois. « L’agriculture est le premier métier de l’homme, le plus honnête, utile et par conséquent, le plus noble qu’il puisse exercer », a écrit Jean-Jacques Rousseau. Au Togo où 70% de la population active est agricole, les filières ananas et mangue sont en plein envol grâce aux dirigeants qui offrent à chaque producteur des moyens de vivre décemment de son travail.

Image d’illustration

Ces dernières années, les efforts de professionnalisation des 02 filières, la création des conditions favorables à leur expansion et les investissements faits ont amélioré le rendement, mais pas que.

Une filière d’ananas amélioratrice du bien-être social

La production d’ananas s’établissait à 27 000 tonnes en 2017. En 2019, elle est passée à 30 149 tonnes. La filière emploie plus de 3 200 producteurs et génère plus de 06 milliards de francs CFA de revenus par an, dont 233 millions pour l’Etat. Principalement, l’ananas est cultivé dans les régions des Plateaux et maritime. Il est ensuite transformé en jus, ananas séché ou en confiture. Une trentaine d’entreprises recensées sur le territoire produisent plus d’un million de litres de jus d’ananas dont 200 000 pour le marché bio. De 2017 à 2019, le nombre de micro, petites et moyennes entreprises spécialisées dans la transformation et l’exportation de l’ananas est passé de moins de 30 à une cinquantaine.

La production de mangues en augmentation

Des Togolais basés dans les 05 régions font de la production de la mangue, une de leurs activités génératrices de revenus. En 2018, 340 000 tonnes de mangues ont été produites. L’année suivante, la quantité est montée à 370 000 tonnes, sur une superficie de 1 523 hectares, soit un rendement respectif de 3,7 et 4,5 tonnes par hectare. Au niveau de la transformation, une dizaine d’unités certifiées sur le territoire ont transformé 1 800 tonnes en 2018 et 2 200 tonnes en 2019.

Professionnalisation des deux filières

Face aux difficultés liées au faible niveau de formation et d’encadrement des producteurs, à l’accès des facteurs de production, au taux de perte élevé des productions, au manque d’équipements de transformation adéquats, il a été mis en place une Fédération nationale des coopératives productrices de mangue (FNCPM) et une Fédération nationale de commerçants et exportateurs de mangue (FNCEM). En ce qui concerne l’ananas, un Conseil interprofessionnel de la filière (Cifan-Togo) a été créé en novembre 2019 pour une meilleure synergie d’actions.

L’objectif est de faire face aux insuffisances des infrastructures, les aléas climatiques, l’absence de statistiques fiables, l’insuffisance de logistique appropriée pour le transport et la conservation des fruits, la qualité sanitaire et hygiénique des fruits… Grâce à tous ces efforts, les 02 produits togolais sont préférés à ceux des pays voisins pour leur arôme et leur goût.

Reporterdafrique 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here