ZLECAF : L’UPRAD veut aider le Togo à tirer meilleur profit

0
225

Les 34 pays ayant ratifié les accords de la Zone Libre-Echange Continentale Africaine (ZLECAF) s’apprêtent à sa mise en œuvre à partir de janvier 2021. Au Togo, l’Union Professionnelle des Agréés en Douane (UPRAD) veut donner les outils nécessaires à l’application des ces accords à ses membres et ainsi aider le pays à tirer meilleur profit. Du 16 au 17 Décembre 2020 à Lomé, et en présence des représentants du gouvernement togolais, une session de renforcement de capacités à réuni les membres de l’union autour du thème : “Les exigences qu’impose la zone de libre échanges continentale africaine “

Les premiers responsables de L’UPRAD à l’ouverture des travaux

Le gouvernement togolais pour sa part fait déjà le nécessaire pour rendre aiser l’application des ces accords aux acteurs. En témoigne les dernières réformes économiques qui améliorent le climat des affaires dans le pays. 

Prenant la parole à l’ouverture des travaux, le Secrétaire général adjoint de L’UPRAD Daouda Abdoulaye n’a pas manqué de reconnaître ces efforts en soulignant la politique proactive du gouvernement togolais à travers les réformes engagées en simplifiant les procédures d’obtention du certificat d’origine qui se délivre aujourd’hui en seulement 48h. 

Durant les deux jours, les commissionnaires agréés en douane membres de l’UPRAD ont été entretenus sur les différents principes d’application de la ZLECAF destinée à la libre circulation des biens, services et personnes sur le continent. Les échanges ont donc porté entre autres sur le cadre référentiel de la ZLECAF, les conditions de bénéfice du traitement préférentiel qu’offre la ZLECAF, et les conditions nécessaires pour remplir les certificats d’origine qui ouvrent le droit à l’obtention des faveurs préférentielles prévues dans le cadre de la ZLECAF.

Il est question pour l’UPRAD à travers cette démarche d’aider ses membres à mieux cerner les exigences de la ZLECAF s’agissant des échanges commerciales entre les pays africains et permettre au Togo d’en tirer meilleur profit. “Une marchandise qui traverse une frontière doit forcément avoir une valeur. Et c’est le technicien outillé qui saura comment évaluer une telle marchandise a sa juste valeur et accomplir les formalités pouvant la faire traverser vers sa destination finale. Et donc cette formation vient à point nommé pour véritablement outiller les commissionnaires agréés en douane qui sont un pan des acteurs du commerce intra africain et des échanges commerciaux à l’échelle de l’Afrique”, a déclaré Kodjo Abosse, Président de L’UPRAD.

Reporterdafrique 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here