Togo : Le GF2D offre “AKOFA” pour dénoncer les violences basées sur le genre

0
183

Le Groupe de réflexion et d’action Femme, Démocratie et Développement (GF2D), poursuit ses actions de défense des droits des femmes au Togo. Mercredi 09 décembre 2020 , au cours d’une rencontre avec la presse, cette organisation a procédé au lancement d’un nouveau système de dénonciation des cas de violences basées sur le genre. C’était en présence de plusieurs acteurs spécialisés dans la défense des droits des femmes, des représentants du gouvernement togolais ainsi que du partenaire financier UNFPA.

Photo

A en croire les explications des premières responsables du GF2D, les inégalités et les discriminations s’accentuent ces derniers temps avec la crise sanitaire mondiale du coronavirus, rendant les femmes et les filles plus vulnérables aux violences basées sur le genre. 

Ainsi, visant l’objectif zéro violence basée sur le genre à l’horizon 2030, conformément au programme de coopération de l’UNFPA avec le gouvernement togolais, le GF2D lance “AKOFA “ qui est un système numérique, lanceur d’alerte. 

Le dispositif accessible par l’application WhatsApp permet aux victimes ou témoins de dénoncer les cas de violences basées sur le genre sur l’ensemble du territoire togolais. L’innovation constitue un système d’informations automatisées et rapproche des populations, les services des centres d’écoute en matière de violence basées sur le genre. L’application opérationnelle dès son lancement à travers le 93 96 89 89 offre également une assistance en ligne aux femmes, jeunes filles et enfants victimes. “AKOFA est un service automatisé de whatsapp qui permet aux organisations de programmer des services interactifs à travers un flow avec leurs bénéficiaires. C’est un système de dénonciation de VBG qui facilité l’accès des survivantes aux services d’écoute, d’assistance juridique et psychosociale. Il permet également de sensibiliser les familles, les jeunes et les communautés au problème de la violence à l’égard des femmes et des filles, de contribuer à la réintégration des survivantes de violences dans leur communauté via des activités collectives. Ce système va permettre de rendre encore plus disponible les données sur les VBG sur l’ensemble du territoire”, a expliqué Nousoessi Aguey, Secrétaire Générale du GF2D. 

Reporterdafrique 

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here