Togo : Les boissons alcoolisées locales objets d’une enquête à Lomé et ses environs (résultats)

0
144

A l’ONG Recherche Action Prévention Accompagnement des Addictions, (RAPAA) l’on pense que l’usage abusif d’alcool est devenu un réel problème de santé publique qui affecte surtout la jeunesse et implique un coût économique et social qui limite les efforts de développement. Ainsi cette organisation non gouvernementale a procédé à une enquête dans le grand Lomé et ses environs sur le sujet. Selon les premiers responsables, les recherches ont été faites auprès des consommateurs, producteurs, et vendeurs de boissons alcoolisées sans oublier les personnes ressources dont les thérapeutes, religieux et leaders traditionnels.

Photo d’ensemble à l’ouverture des travaux

Les résultats de cette enquête ont été révélés au public jeudi 19 novembre 2020 à Lomé au cours d’une rencontre de restitution tenue en présence des universitaires, des professionnels de médias, des chercheurs, des psychologues et praticiens.

A en croire le rapport relatif à l’enquête, l’étude s’est intéressée à plusieurs aspects de la problématique de consommation d’alcool notamment les représentations sur boissons alcoolisées locales surtout le « Sodabi » et les vertus qui lui sont traditionnellement attribuées, l’analyse et pratiques en matière de consommation d’alcool en distinguant les groupes d’usagers, ainsi que la représentation de la dépendance à l’alcool, ses causes, ses effets, ses traitements ainsi que sur les images et stéréotypes des personnes souffrants d’alcoolisme.

A travers les résultats, il en ressort que l’étude sociolinguistique de la terminologie recueillie auprès des différents informateurs ont permis de répertorier 216 termes en langue nationale Ewé qui ont été transcrits et interprétées.

Au Togo, 67,20% des jeunes de plus de 29 ans consomment de plus en plus de l’alcool révèle l’étude de RAPAA. Les données recueillies révèlent d’ailleurs que 77,5% des hommes consomment du Sodabi et ses dérivés contre 22,5 de femmes. 30,8% des personnes ayant un niveau primaire, 37,4% de celles qui ont  atteint le niveau secondaire consomment le sodabi contre 24,1% de personnes ayant atteint le niveau supérieur.

La même analyse a montré que les termes utilisés sont très imagés et que les analogies intègrent des champs lexicaux spécifiques. Pendant ce temps, il est tout de même démontré selon cette étude que les consommateurs ont souvent recours à des métaphores et autres procédés de langues pour qualifier les habitudes et pratiques de consommations, les différents types de boissons alcoolisées ainsi que les effets et dangers qui leurs sont attribués.

La finalité d’une telle démarche selon les initiateurs de cette recherche est de soumettre des recommandations en vue d’aider à envisager des orientations stratégiques visant des actions de prévention et de prise en charge des personnes souffrant d’addiction d’alcool. Aussi, ces résultats permettront de produire un lexique des terminologies Ewé, française, anglaise utilisées pour classifier les boissons alcoolisées et leur usage.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here