Changements climatiques : Le Togo lance son processus de révision des « contributions déterminées au niveau national »

0
208

La lutte contre les changements climatiques engage les États du monde dans une approche globale de réduction des émissions de gaz à effet de serre à travers la planète. Selon le 5èm rapport du Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat (GIEC), la planète terre doit s’attendre à une augmentation du réchauffement climatique de l’ordre de 2 à 5,5°C d’ici à l’horizon 2100.

Photo: le ministre David Wonou Oladokoun au milieux à l’ouverture des travaux

Le souci de construire une société plus durable pour les populations et les écosystèmes de la planète a amené le GIEC à recommander une limitation du réchauffement climatique à 1,5°C par des changements rapides, radicaux et sans précédent dans tous les domaines de la société notamment par la réduction des émissions de gaz à effets de serre de l’ordre de 20 à 40% pour la période de 2013 à 2020 et de plus de 80% pour la période de 2020 à 2100 par rapport aux émissions de 1990.

Ce mardi 29 septembre 2020, la poursuite de cet objectif a conduit le Togo pour sa part a procédé au lancement du processus de révision des contributions déterminées à un niveau national (CDN) conformément aux engagements pris par les États parties lors de la convention cadre des Nations-Unies sur les changements climatiques et à l’accord de Paris sur le climat adopté en 2015.

A en croire le gouvernement togolais à travers David Wonou Oladokoun, ministre de l’environnement, du développement durable et de la protection de la nature, le pays s’est engagé à travers ses contributions déterminées au niveau national à réduire ses émissions de 11,14% à l’horizon 2030 et à, consentir des efforts ambitieux de réduction à hauteur de 20% pour la même période.

« La révision des CDN du Togo couvrira entre autres, l’actualisation des données et des informations au regard des nouveaux développements programmatiques et politiques, la prise en compte des secteurs de la santé, des infrastructures et une meilleure intégration du secteur des ressources en eau et l’intégration hydrofluorocarbures et les polluants atmosphériques et climatiques de courte durée de vie dans les gaz à réduire », a indiqué le Ministre David Wonou Oladokoun à l’ouverture des travaux mardi à Lomé.

Reporterdafrique

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here