Suspension du processus électoral à la CCIT : Germain Meba plus que serein vers un second mandat

0
272

Les brouhahas autour des élections consulaires à la Chambre du Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT) sont suspendus jusqu’à nouvelles ordre. Le gouvernement togolais dans une posture d’apaisement à travers le ministre du commerce et de la promotion du secteur privé Kodjo Adedze a été plus que claire à travers son arrêté N° 043, rendu public le mercredi 2 septembre 2020 à Lomé, annonçant la suspension du processus électoral à la CCIT jusqu’à nouvelle ordre. Le temps pour les parties de calmer leurs ardeurs et repartir sur de bonnes bases.

Germain Meba, Président de la CCIT

Et pour cause, ces élections souffrent de plusieurs bras de fer entre les prétendants au poste de président de la CCIT, puis que le mandat légal du président sortant Germain Méba, candidat à sa propre succession est arrivé à échéance. Il faut donc renouveler l’instance dirigeante de la chambre et redynamiser les activités des opérateurs économique du pays conformément à la nouvelle donne du Plan National de Développement (PND) lancé il y a quelques années déjà.

Alors que le président Méba connaît mieux que qui conque les réalités du terrain face aux exigences du PND se prépare pour briguer un nouveau mandat en toute légalité pour le bien des opérateurs économiques du pays, des voix critiques s’élèvent, comme pour discréditer ce dernier et perturber la tenue de ces élections.

Que se passe -t-il réellement à la CCIT ?

En effet, l’institution que dirige Germain Méba, est indexée dans une affaire de « blocage de demandes de ressortissants ». L’Accusateur dans ce dossier est l’Association Togolaise des Opérateurs Economiques (ATOE), dirigée par Wiyaou Tchindé qui en réalité est un rival de Germain Méba dans la nouvelle course vers la conquête de la présidence de la CCIT.

La CCIT qui compte aujourd’hui plus de 12 000 ressortissants ne veut point fléchir aux humeurs des premiers responsables de cette association qui selon les observateurs de la situation cachent leurs vraies intentions. ” Je serai candidat pour siéger au conseil à titre d’exemple de mon association, je n’ai jamais voulu le poste de Président de la chambre”, avait récemment déclaré Wiyaou Tchindé.

A en croire des sources concordantes de l’ATOE, des demandes de cartes de ressortissants ont été introduites à la CCIT et l’actuel Président de la chambre qui n’est autre que Germain Méba, « aurait », disent-ils, bloqué volontairement les demandes. Une affirmation sans preuves qui reste une allégation sans fondement. La constance dans l’histoire de la CCIT est que cette structure est une institution responsable, bien structurée et le Président n’a pas de raison de bloquer volontairement des demandes légales, régulièrement introduites par des opérateurs.

Justement à ce sujet, des esprits avisés décèlent que ces accusations camouflent des choses qui gisent en mode silence dans cette affaire.

Toujours selon les mêmes sources, Wiyaou Tchindé affirme que son association compte plus de 300 membres, mais qu’à peine une vingtaine ont pu obtenir leurs cartes. Pourtant les nouvelles dispositions portant sur l’établissement des cartes, fait suite à la réorganisation du fonctionnement de la CCIT, destinée à dématérialiser les services et documents offerts aux entreprises à l’ère des nouvelles techniques de l’information et de la communication, pour limiter les fraudes et faire de la compagnie consulaire, une institution crédible référant à la note de service N° 144 en date du 11 septembre 2019, exigent que « la demande de la carte de ressortissant soit  individuelle et non collective ».

Pour rappel, au cours d’une récente conférence de presse, les responsables de l’institution ont affirmé que plus de trois cent (300) opérateurs qui se sont conformés aux dispositions en vigueur ont été servi et que l’ATOE refuse de se conformer aux règles.

Devant une telle situation que certains qualifient de mauvaise fois des responsables de l’ATOE et de pure distraction, le président Germain Meba qui n’attend que la reprise du processus électoral, se dit « serein et confiant » face à la vague de provocations.

A présent que tous les regards sont tournés vers le gouvernement togolais pour la reprise du processus, l’homme se dit d’ailleurs satisfait de son bilan à la tête de la compagnie consulaire, et avance tout bonnement vers un nouveau mandat à la tête de la CCIT au service de tous les opérateurs économiques du pays.

Reporterdafrique

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here