Togo : PND, des politiques publiques pour soutenir le secteur privé

0
268
Illustration

Sollicité sur tous les fronts, notamment dans le Plan national de développement (PND 2018-2022) dont la contribution attendue est évaluée à 65%, le secteur privé togolais a besoin de se consolider. Surtout qu’avec le dernier rapport Doing Business où la facilité de faire des affaires au Togo a été prouvée par la Banque mondiale, les différents acteurs entendent exposer leurs forces pour appuyer le projet de développement du pays qui offre un climat des affaires propices aux opérateurs économiques. Les autorités publiques n’en trouvent pas d’inconvénient.

Depuis la signature de l’accord avec le Fonds monétaire international (FMI) en 2017, portant sur un programme de prêts à hauteur de plus de 223 millions d’euros, le Togo s’est engagé dans une démarche de promotion du secteur privé pour se garantir une stabilité économique. Grâce à cette nouvelle politique, les finances publiques vont connaître un véritable accroissement et l’inflation sera contenue à moins de 2%. De là, le déficit s’est transformé en excédant, passant de 4,5% en 2016 à 6,5% en 2018. Dans la même dynamique, la dette extérieure sera profilée avec un taux de maturité compris entre 4% et 5%. Par ailleurs, Lomé table sur 6,2% de croissance du PIB au lancement du PND dont le coût est estimé à plus de 07 milliards d’euros, apportés aux deux tiers par le secteur privé.

La Rédaction

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here