Togo : l’État améliore les conditions de vie des enseignants

0
224
Illustration

L’éducation est la base de toute réussite et constitue le socle du développement socioéconomique intégral. Précédemment, les conditions de vie et de travail des enseignants togolais étaient pénibles, ce qui les a aiguillonnés ces dernières années à entamer une lutte collective sur l’étendue du territoire. Cette action a tiré la sonnette d’alarme des pouvoirs publics qui se sont immédiatement concertés pour améliorer le traitement de ces fonctionnaires. A l’issue des pourparlers, les deux camps sont arrivés à trouver un terrain d’entente en ce qui touche la question de la revalorisation salariale. 

Avec un salaire minimum interprofessionnel garanti fixé à 35.000 francs CFA, l’Etat a pris l’engagement d’assurer une meilleure condition de vie et de travail aux enseignants, un climat de paix dans le système éducatif par la même occasion.

Dans la fonction publique, l’enseignant classé catégorie A1 (les titulaires d’une maîtrise), touche en début de carrière 195.000 et finit avec 442.000 francs CFA. En 10 ans, on note une augmentation de 70% pour le début de carrière et plus de 80% pour le départ à la retraite. En 2005, ce chiffre était respectivement de 113.000 et 244.400 francs CFA. La catégorie A2 ou les titulaires d’une licence prennent 172.160 francs CFA en début de carrière et 337.440 francs CFA en fin de carrière. En 10 ans, cette catégorie a connu une progression respective de 79 et 83%.

La Rédaction

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here