Togo : Guerre contre Covid-19, Faure Gnassingbé, lance “la grande bataille”

0
624

La lutte contre le Covid-19 prend une autre tournure au Togo. Sans minimiser l’apport des compatriotes, Faure Gnassingbé et sont gouvernement sont déterminés à combattre le Coronavirus sur l’ensemble du territoire togolais. Dans un message adressé à la Nation mercredi à Lomé, le N° 1 des Togolais fait des déclarations annonçant de nouvelles décisions (sécuritaires, économiques, et sociales) pour fair barrière à la propagation de la pandémie. “Aucun togolais ne sera laissé pour compte dans cette bataille que nous gagnerons ensemble” , rassure le président. Ainsi, il décrète l’état d’urgence pour une période de 3mois et annonce un couvre-feu ainsi qu’un un Fonds nationale de sécurité sociale et de relance économique de 400 milliards pour soutenir non seulement les citoyens mais également les entreprises en cette période difficile.

Faure Gnassingbé

Le Togo a enregistré mercredi son second décès lié au covid-19 avec 36 cas confirmés dont 10 guéris. Nul doute que la pandémie qui est sans remède pour l’instant prend de l’empleur au jour le jour et suscite une inquiétude généralisée. Face à la menace, le gouvernement togolais avec son président en tête ont décidé de se mettre sur un pied de guerre contre le virus destructeur de vies humaines. Ainsi, Faure Gnassingbé décret l’état d’urgence sanitaire pour un période de trois mois et instaure un couvre-feu .

“Face à la gravité de la situation et en conformité avec les dispositions constitutionnelles, je décrète l’état d’urgence sanitaire au Togo pour une période de trois mois.

Cette disposition de notre Constitution, jamais mise en œuvre dans l’histoire récente de notre nation, est la preuve de la gravité de la situation à laquelle nous sommes confrontés. L’état d’urgence nous permettra d’adopter des mesures exceptionnelles de riposte sanitaire et de police générale qu’imposent les circonstances actuelles.

Un couvre-feu sera mis en place à compter du 2 avril 2020 et ce, jusqu’à nouvel ordre entre 19 heures et 6 heures du matin. J’ai donné à cet effet des instructions au gouvernement pour réajuster les horaires de travail pour qu’elles tiennent entre 9 heures et 16 heures. Chaque secteur d’activité pourra, à l’intérieur de cette tranche, s’organiser.

Les restrictions de circulation et de regroupement qui découleront de l’état d’urgence visent à contenir l’épidémie afin de pouvoir mieux l’endiguer. 

Il est par ailleurs créé par décret une force spéciale anti-pandémie composée de 5 000 hommes, qui sera chargée de veiller au respect des décisions prises dans le cadre de la lutte contre le Covid 19. Il s’agira d’une force mixte composée des forces de défense et de sécurité sur le modèle déjà connu de la FOSEP.

Je sais pouvoir compter sur notre sens collectif de civisme pour appliquer l’ensemble des mesures prises qui nous permettront de remporter la bataille contre cet ennemi invisible.

Aucun écart ou manquement ne sera toléré. Selon l’évolution de la situation d’autres dispositions pourront être prises. Il s’agit de mener une véritable bataille, une guerre contre le coronavirus. Cette bataille, nous la gagnerons. Nous n’avons pas d’autres choix. Mais pour la gagner, nous devons respecter les mesures prises et faire preuve d’une grande discipline collective.

Dans ce contexte, la presse Faure Gnassingbé ne perd pas de vue le développement de son pays engagé à travers le plan nationale de développement de PND. Il pense aux entreprises et au secteur privé qui portent une importante part dans la réalisation du PND. Et donc, Outre les mesures sécuritaires, Faure Gnassingbé évoque des décisions au plan économiques pour limiter les dégâts sur le plan financier. “C’est pour cela que j’ai demandé au gouvernement d’étudier toutes les possibilités pouvant nous permettre de préserver au mieux l’activité économique des conséquences de la crise.

Nous prendrons, en relation avec les institutions de l’Union économique et monétaire ouest africaine, des mesures pour soutenir les entreprises en particulier les PMI/PME affectées par les conséquences de la pandémie. Une attention particulière sera accordée à la situation de nos aux jeunes entrepreneurs qui viennent de lancer leurs activités, et ce, de manière courageuse.Cette crise ne doit pas nous faire perdre de vue les objectifs fixés par le Plan national de développement. C’est pour cela que nous mettons en place des mesures spécifiques d’accompagnement pour soutenir la production agricole et assurer l’autosuffisance alimentaire dans notre pays. 

La réflexion est également en cours avec le secteur privé en vue de l’adoption de mesures de soutien à la consommation, à la production et à la sauvegarde de l’emploi.

J’ai, dès à présent, demandé au gouvernement d’étudier la situation fiscale des entreprises au cas par cas, notamment celles qui sont les plus exposées aux conséquences de la crise.

Pour financer toutes ces mesures socio-économiques, j’annonce la création d’un Fonds National de solidarité et de relance économique de 400 milliards de francs CFA. Ce fonds sera alimenté par l’apport du gouvernement, les mobilisations auprès des partenaires internationaux, du secteur privé national et international et de toutes les bonnes volontés”, a-t-il prononcé.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here