JIF Grâce Koumayi “Nous devons travailler autour d’une valeur qui est la solidarité”

0
561

La planète toute entière à célébré la journée internationale de la Femme dimanche 8 mars. Occasion pour les Etats, les organisations internationales, associations et personnalités d’appeler à des actions fortes en faveur des droits de la Femme dans le monde.

Grâce Bikonibiyaté Koumayi

 La tradition à encore été respectée au Togo comme partout ailleurs dans le monde.

Cette édition 2020 placée soit le thème “Je suis de la génération égalité : Levez-vous pour les droits des femmes” a permis de pousser la réflexion autour des progrès réalisés pour l’égalité des genres et l’autonomisation des femmes, mais aussi de mener une réflexion critique sur ces efforts et d’œuvrer pour un plus grand dynamisme mondial tout en ayant un regard sur le bilan des accords de Beijing 25 ans après sa signature. On note à travers ce rapport entre autres la réduction de la mortalité maternelle de 38 % entre 2000 et 2017, aussi, Plus des trois quarts des pays disposent désormais d’une législation pour lutter contre la violence domestique.

Parmi les multiples Femmes ayant appelé à un renforcement des actions pour plus de résultats en faveurs des conditions de la femme figure Grâce Bikonibiyaté Koumayi, 2ème Vice-président du Nouvel Engagement Togolais (NET).

“A l’occasion de cette Journée internationale, je voudrais mettre l’accent sur les relations entre les femmes elles-mêmes d’une part et d’autre part avec les hommes. Les statistiques montrent qu’il n’y a pas de solidarité entre les femmes elles-mêmes. Nous devons travailler autour d’une même valeur qui est la solidarité, c’ est un défi que nous devons relever”, a-t-elle martelé.

La Journée internationale des femmes émerge pour la première fois des mouvements ouvriers au tournant du XXe siècle en Amérique du Nord et en Europe. La première Journée nationale de la femme est célébrée aux États-Unis le 28 février 1909, organisée par le Parti socialiste américain en hommage à la grève des travailleurs du textile à New York en 1908 où les femmes protestèrent contre leurs conditions de travail. En 1917 en Russie, les femmes choisissent de protester et de faire grève pour exiger « le Pain et la Paix », le dernier dimanche de février (le 8 mars selon le calendrier grégorien), aboutissant finalement à l’adoption du droit de vote pour les femmes en Russie.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here