Togo : Présidentielle de 2020, les recours de Fabre à la cour constitutionnelle sans suite favorables… le bras de fer juridique de UNIR face à l’ANC ?

0
1405

“Les juridictions sous régionales et continentale seront saisies, s’il s’avère à la publication de la décision attendue de la cours constitutionnelle que le droit est bafoué. Le dossier sera également présenté à l’Union Inter parlementaire qui a déjà condamné les autorités togolaises lors que neufs députés ont été révoqués arbitrairement de leur mandat par les manigances l’Assemblée nationale du Togo en novembre 2010”. Avais déjà averti le président de l’ANC. Fabre n’aura pas de suite favorable pour ses deux recours à la cour constitutionnelle selon Atcholi Aklesso. Du berger à la bergère, le parti au pour vient de réagir au sujet de des deux recours de l’ANC qui exige l’invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé ainsi que la démission de deux juges de la cour qui aurait exécuté déjà chacun plus de deux mandats. « en raison de l’inconstitutionnalité de la révision de l’article 158, Gnassingbé Faure Essozimna ne peut plus être candidat en vertu de la loi, à la présidentielle du 22 février 2020. S’il l’est, malgré tout, en violation de la constitution, ce sera un coup de force, un véritable coup d’état institutionnel ». Disait Jean Pierre Fabre.

Au sens de UNIR, “les deux requêtes de l’Anc à la Cour constitutionnelle du Togo n’auront pas de suite favorable” , selon Atcholi Aklesso, le Secrétaire exécutif du parti.

En attendant le verdict de la cour constitutionnelle, le parti au pouvoir à travers son secrétaire exécutif, Atcholi Aklesso, en qualifiant cette démarche de ridicule et non fondée, informe M Fabre que les recours n’auront aucune suite favorable.

Que fera Jean Pierre Fabre si ses requêtes à la cour constitutionnelle n’ont pas de suite favorable? Va-t-il se retirer de la course? Ou bien prendra part au scrutin avec une institution illégale? La réponse à ces questionnements alimente le débat et sur les réseaux sociaux, les commentaires vont bon train. Ira ou n’ira pas, les jours à venir vont situer l’opinion.

Mais en attendant que l’Anc soit située par la cour constitutionnelle d’Aboudou Assouma, Atcholi Aklesso, le Secrétaire exécutif du parti au pouvoir UNIR recadre M Fabre en partageant avec lui et l’opinion, ses 4 Vérités. A Unir, le monde est serein dit-on.

“Nous sommes sereins, le processus se poursuit et se poursuivra, les élections auront lieu le 22 février 2020, un point barre! Nous sommes prêts”, lance Atcholi Aklesso, clarifiant que, les décisions de la Cour Constitutionnelle ne sont susceptibles d’aucun recours. Pourtant, M Fabre candidat officiellement déclarée par ladite cour, dépose deux requêtes: une première requête demande à la haute juridiction du pays d’invalider la candidature du président sortant, Faure GNASSINGBE et la seconde demande à la cour de constater l’inconstitutionnalité de la présence de deux membres de la Cour en son sein.

Réagissant, le secrétaire exécutif du parti présidentiel n’a pas mâché les mots. Il trouve paradoxal cette démarche venant de l’ex chef file de l’opposition. “Je pense qu’il faut arrêter de mentir au peuple. Je trouve paradoxal que l’ex-chef de file de l’opposition, après avoir déposé un recours en invalidation de la candidature de Faure Gnassingbé, attaque la Cour Constitutionnelle devant laquelle il dépose son recours”, assène M AKlesso. Il rassure M Fabre en français facile: les deux recours n’auront aucune suite favorable.

“Les gens me demandent si je vais renoncer à ma candidature si mon recours ne trouve pas une suite favorable. Non, Jean-Pierre Fabre et l’ANC ne renoncent jamais. Jamais ! Ce qu’on veut pour ce pays c’est l’alternance, le changement. Donc on ne renoncera jamais”, avait déjà soutenu M Fabre.

Reporterdafrique 

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here