Togo : Présidentielle de 2020 : Mgr Fanoko Kpodzro « Tout indique que l’alternance est à portée de nos mains »

0
2367

Mettant sa foi au service de la politique, monseigneur Kpodzro vient encore de marquer un pas dans ses actions relativement au scrutin présidentiel du 22 février prochain au Togo. En conférence de presse lundi à Lomé, le prélat a lancé un appel pressant en faveur d’une union sacrée de l’opposition autour du candidat Agbéyomé Kodjo, invite le Saint Siège et la communauté internationale à peser de leur poids pour un scrutin transparent et apaisé. Le prélat a aussi saisi l’occasion de cette conférence  pour  renforcer l’équipe de campagne de son candidat.

Mgr Pkodzro lors de la conférence à Lomé

L’alternance doit avoir lieu au Togo lors du prochain scrutin présidentiel, c’est le veux de l’archevêque émérite de Lomé monseigneur Fanoko Kpodzro qui, se basant sur le verdict de la cour constitutionnelle relativement à la validation des différentes candidatures, retient finalement 7 noms dont 6 de l’opposition contre celui du pouvoir.

Pour l’homme de Dieu à travers son discours, « cette élection doit être considéré comme un référendum pour ou contre un 4ème mandat illégitime de Faure Gnassingbé », ainsi, « un seul candidat contre Faure Gnassingbé est la meilleure garantie de l’alternance pacifique au Togo » et donc l’opposition doit dépasser ses égos et consentir à un sacrifice pour réaliser l’alternance à travers les urnes. «…Cette année 2020, tout indique que l’alternance est à portée de nos mains. Si notre modèle électoral est fondé sur la vérité des urnes, nous n’aurons aucun  souci à encourager des candidatures multiples au sein de l’opposition républicaine. Il s’agit de mobiliser tous les moyens et de consentir tous à des sacrifices pour libérer le peuple togolais en souffrance et  sans perspective », a expliqué le prélat avant d’insister « je demande donc aux 6 candidats porteurs des aspirations du peuple en détresse de se concerter rapidement pour s’aligner autour d’un candidat commun (celui de la raison, à qui nous avons donné notre onction) pour donner une chance à l’alternance politique au Togo… Chers leaders politiques, je vous convie à faire ce sacrifice pour déboucher l’avenir de la Nation toute entière ».

Aussi, parlant du cadre électoral actuel, Monseigneur qui alerte sur un « tripatouillage électoral de plus » estime que «  tout indique que les conditions créés par le gouvernement et le parti au pouvoir prédisposent à un jeu inégal et opaque ». Il dénonce entre autres dit-il : un fichier électoral truffé de fantômes et dont l’audit effectué par le francophonie et la CEDEAO est gardé comme un secret d’Etat, un déséquilibre entre la CENI et ses démembrements au profit du pouvoir, l’acquisition de la cour constitutionnelle au pouvoir et une complaisance dans le choix des observateurs électoraux.

« C’est pour toutes ces raisons que nous exigeons une publication immédiate des résultats bureau de vote par bureau de vote par les organes de presse, la certification des résultats globaux par des experts de l’ONU. En conséquence, nous lançons un appel solennel au Saint Siège, aux Nations Unies, à l’Union Européenne, à l’Union africaine, à la France, à l’Allemagne et aux Etats Unis d’Amérique de  peser de tout leur poids sur le gouvernement afin d’obtenir un cadre électoral amélioré et consensuel avant le scrutin et d’envoyer ensuite des observateurs pour surveiller la régularité du processus électoral afin d’éviter un bain de sang consécutif à un nouveau hold-up électoral dont le Peuple togolais sera victime expiatoire », a-t-il martelé.

Le doyen du corps épiscopal du Togo ne s’en est pas arrêté là, il a saisi l’occasion de sa conférence pour exiger du gouvernement togolais « un dialogue de courte durée pour s’accorder sur les conditions d’une élection transparente ». Il lance un appel au chef de l’Etat sortant, « j’invite donc Faure Gnassingbé qui viole allègrement sa propre parole et brigue un mandat de trop, inédit en Afrique, à écouter la colère du peuple souverain. C’est le moment pour lui de partir par la grande porte au lieu de sombrer dans la poubelle de l’Histoire ».

Le peuple togolais en a aussi eu sa part «  je lance un vibrant appel au peuple togolais et à la diaspora pour une mobilisation générale qui montrera au monde entier notre soif de changement de régime obligatoire cette année 2020 », a exhorté le Prélat.

Et pour finir monseigneur a rendu public une liste de 15 nouveaux nominés pour renforcer l’équipe de campagne de son candidat unique de l’opposition Gabriel Messan Kodjo Abgéyomé, ancien premier ministre du Togo.

Reporterdafrique

 

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here