Togo: Pour la présidentielle de 2020, le CAR jette l’éponge et exige un cadre électoral plus démocratique

0
675
Photo, les premiers responsables du CAR à la clôture des travaux

Le Comité d’Action pour le Renouveau (CAR), de Me Yaovi Agboyibo a suspendu sa participation au processus électoral en cours au Togo. Et pour preuve, le parti à rappelé ses membres prenant part aux travaux dans les CELI et à la CENI, deux entités très actives dans l’organisation du scrutin de 2020.

Suite aux travaux d’un Conseil National Ordinaire tenu par le parti du bélier noir, samedi 4 janvier 2020 à son siège à Lomé , le CAR reconduit pour une deuxième fois depuis 2010 sa politique avant-gardiste et conditionne sa participation au scrutin. «… avant que notre sommeil ne devienne suicide, il est temps de nous réveiller et d’opérer le choix entre accompagner le régime dans ses dérives et lui résister », lit-on à travers le communiqué ayant sanctionné les travaux.

Ainsi, à un moment où le processus enclenché depuis quelques mois déjà suscite de l’engouement avec l’enregistrement de plus d’une vingtaine de candidats déclarés, mêlé à la dynamique d’une candidature unique de l’opposition à l’initiative de l’archevêque émérite de Lomé mon seigneur Phillips Fanoko Kpodjro, en la personne de l’ancien Premier ministre Gabriel Messan Agbeyomé Kodjo, les cadres du CAR eux, entrevoient une organisation biaisée du scrutin visant à accorder “un quatrième mandat de 5 ans au président sortant Faure Gnassingbé”. 

Sous réserve d’un boycott, le Conseil dirigé par le président national Me Yaovi Agboyibo veut faire entendre raison au pouvoir en place et a donc décidé à l’unanimité de mettre provisoirement un terme à toute implication du parti dans l’organisation de ces élections. « Notre parti le CAR ne présentera pas de candidat au scrutin présidentiel de 2020. En conséquence, le CAR suspend la participation de tous ses représentants de tous les organes liés au processus électoral en cours, la CENI et ses démembrements pour compter de ce jour », martèle le communiqué

Au CAR, on exige à travers un consensus, un cadre électoral plus démocratique à même de donner les mêmes chances à tous les candidats prenant part au scrutin. « Le conseil lance un appel ultime et pressant au pouvoir afin d’arrêter le processus en cours et d’engager des discussions avec les forces vives en lutte pour l’alternance dans le but d’apaiser le climat politique et social », conclut le communiqué final du parti à l’occasion.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here