Togo: Gouvernance minière, un cadre de politique de réinstallation des populations en gestation à Lomé

0
379
Balakidi Abalo, à l’ouverture des travaux

Au Togo, le secteur des mines est identifié comme une composante essentielle et économique pour son importante contribution à la croissance du pays. En 2002,  les exportations du secteur extractif représentaient 22% du total des exportations et participent à 3,5% au PIB. Mais à en croire les acteurs du secteur, forces est de constater ces dernières années une baisse des performances du secteur due à plusieurs problématiques qui entravent son développement.

Les populations riveraines des mines togolaises pour leur part peuvent pousser un ouf de soulagement.

En effet, elles seront dignement prises en compte à travers une nouvelle gestion de leur sort dont les principes sont contenus dans un document en cours de validation dans la capitale togolaise.

Dans le cadre du projet de développement et de gouvernance minière, ayant pour objectif d’améliorer la gouvernance en rationalisant les structures institutionnelles des organisations clés du secteur des industries extractives en renforçant leur efficience et la redevabilité de manière à garantir une gestion efficace du secteur, qui est un cadre de politique de réinstallation des populations est soumis à validation des acteurs au court d’un atelier de deux jours à Lomé.

Les travaux qui se déroulent ces 5 et 6 décembre 2019 devront à terme permettre au décideurs et acteurs sectoriel, de disposer d’un document qui définit clairement les principes de la réinstallation et de la compensation, les arrangements organisationnels et les critères de planification qui seront appliqués pour répondre aux besoins des personnes qui pourraient être affectées par les activités de tout investissement sectoriel. ” le document qui va être valider est un instrument d’atténuation des effets de réinstallation et vise à fournir les règles applicables en cas de réinstallation, à permettre l’identification des individus qui pourraient être affecter par l’exécution d’un projet. Il précise la procédure de compensation prévue pour éviter les pertes des ressources matérielles et culturelles  des populations”, a fait savoir Balakidi Abalo, spécialiste en sauvegarde  environnemental et social du projet de développement de gouvernance minière.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here