Lutte contre le VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose, vers l’audit des subventions du fonds mondial au Togo à partir de 2020

0
391
Photo: autorités togolaises avec les participants à l’ouverture des travaux

Le Togo veut emboîter le pas aux pays comme la République du Ghana, le Rwanda, et la Kenya en matière d’audit des financements du fonds mondial destinées à la lutte contre les VIH/SIDA, le paludisme et la tuberculose.

D’après les spécialistes, le Togo a bénéficié ces dernières années d’une subvention à hauteur de 31 millions de dollars soit 165 337 304 345 FCFA pour la lutte contre les trois maladies sus citées. « Ce n’est pas des prêts, c’est des dons, nous les avons reçus pour qu’on lutte dans notre pays contre les VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme  afin que les togolais se portent mieux », a expliqué Jessica Amenda, point focal  d’AIDSPAN.

Afin d’obtenir plus d’efficacité dans la gestion de ces fonds octroyés aux pays d’Afrique subsaharienne dont le Togo, une session de renforcement de capacités s’est ouverte ce lundi 14 octobre 2019 à Lomé à l’intention des cadres des institutions supérieures de contrôle, du Togo notamment la cour de comptes et l’inspection générale des finances.

La formation qui a cours 18 octobre prochain est à l’initiative d’AIDSPAN, une organisation qui œuvre pour l’efficacité du fonds mondial dans les différents pays bénéficiaires, en partenariat avec l’Union des ONG du Togo (UONGTO) porte sur la procédure d’audit des subventions du fonds mondial et intervient dans le cadre du projet « les institutions supérieures de contrôle auditent les subventions du fonds mondial en Afrique subsaharienne ».

Il est question au cours de ces rencontres de Lomé d’attire l’attention des professionnels du secteur sur les  voies et moyens pour une gestion plus efficace des subventions.

« L’objectif de la formation est d’améliorer nos connaissances et capacités sur les procédures à suivre pour faire efficacement à compter de 2020, l’audit des subventions du fonds mondial au Togo », a partagé  Assiba Amoussou Guenou, point focal de la cour des comptes du Togo dans son allocution d’ouverture.

En définitif, il s’agit pour les organisateurs à travers la cour de comptes du Togo de promouvoir les bonnes pratiques de gestion, de réduire les risques et de condamner les abus d’une part et de protéger les actifs, les investissements, la réputation et la durabilité des subventions du fonds mondial dans l’optique d’accélérer la fin des trois maladies que sont les VIH/SIDA, la tuberculose et le paludisme d’autre part.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here