25èm anniversaire du génocide au Rwanda: l’ONU se rappelle des 800 000 personnes massacrées et veille contre un retour de la tragédie

0
352
Photo: Antonio Guterres, Secrétaire Général de l’ONU

1994-2019, voici 25 années que l’une des pires des formes de génocide de l’histoire de l’humanité s’était produite au Rwanda.

Selon l’Organisation des Nations-Unies (ONU), plus de 800 000 personnes dont une grande majorité sont des Tutsis, mais également des Hutus modérés et des opposants ont été systématiquement massacrés en moins de trois mois au cours cette tuerie organisée.

La discrimination raciale, héritée de la colonisation, les frustrations générées par la quête du pouvoir et la pression des médias étaient les principales causes de ce génocide à en croire les Nations-Unies.

Dans une posture de souvenir et de veille, l’institution internationale a commémoré cette tragédie à travers la planète avec un message signé du Secrétariat Général Antonio Guterres, invitant les dirigeants et les communautés de la planète à plus d’humanité les uns envers les autres.

A travers ce message lit-on, “Aujourd’hui, nous rendons hommage à celles et ceux qui ont été assassinés et méditons sur la souffrance et la résilience des survivants.

Alors même que nous réaffirmons notre détermination à empêcher que de telles atrocités ne se reproduisent, nous voyons la xénophobie, le racisme, et l’intolérance gagner dangereusement du terrain dans de nombreuses régions du monde.

La prolifération des discours de haine et des incitations à la violence sont particulièrement préoccupantes. De tels comportements sont un affront à nos valeurs et une menace pour les droits de la Personne, la stabilité sociale et la paix. Il faut savoir reconnaitre quand ils surviennent, les discours de haine et les incitations à la violence, s’y opposer et y couper court afin qu’ils ne conduisent pas aux crimes de haine et au génocide, comme ils ont pu le faire dans le passé.

Je demande instamment à tous les dirigeants politiques, chefs religieux, et représentants de la Société civile, hommes et femmes de dénoncer les discours haineux et la discrimination et de s’attaquer et remédier énergiquement aux maux qui, fondamentalement, nuisent à la cohésion sociale et créent un climat propice à la haine et à l’intolérance.

Si la capacité de faite le mal réside en chacun de nos sociétés, celles-ci sont aussi capables de faire preuve de compréhension et de bonté et d’instaurer la justice et la réconciliation. Ensembles, construisons un avenir harmonieux pour toutes et tous. Je ne vois pas de meilleure façon de tendre hommage à ceux et celles qui ont perdu la vie si tragiquement au Rwanda il u a 25 ans”.

Il est à noter qu’ au Togo, le sujet a également été au cœur d’une rencontre d’échanges  ce mercredi 10 avril 2019 entre les professionnels des médias et les  premiers responsables du Centre d’Information des Nations-Unies (CINU) à Lomé avec un accent particulier sur “le rôle des médias dans le génocide”.

Reporterdafrique

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here