Scolarisation et promotion de la jeune fille au Togo: Ihou Wateba veut porter la barre plus haut

0
722
Photo: Stella wateba Ihou,Présidente de l’Association des femmes pour la non-violence

L’Association des femmes pour la non-violence, une organisation qui se veut apolitique était aux côtés du Mouvement Accès à l’Alphabétisation et à la formation de la Femme (AASF) dans le cadre de ses manifestations pour promouvoir la scolarisation de la jeune fille au Togo ce vendredi 5 avril 2019 à Lomé.

Selon les premières responsables de cette association féminine qui s’exerce depuis sa création dans la promotion et l’éducation de la jeune fille, le taux de scolarisation de la jeune fille qui est à ce jour à 8% dans le pays doit être revu à un degré plus élevé pour enclencher une éducation plus accrue de celles-ci.

“Éduquer une fille c’est éduquer toute une Nation”, dit-on souvent et donc pour ce mouvement, la femme devrait être une actrice clé dans tous les secteurs d’activités pour un développement durable du Togo en suivant des exemples de réussites que sont entre autres Winny Mandela en Afrique du Sud, l’actuel présidente d’Éthiopie Sahl-Work zend, L’actuelle présidente de l’Assemblée Nationale togolaise Chantal Tshegan, ou encore Mayer Vicentia présidente de parti BÂTIR qui détient deux députés à l’hémicycle aujourd’hui. «Nous estimons pour atteindre cet objectif que l’instruction ou l’alphabétisation des femmes reste une priorité pour tout développement  et l’avènement d’une Société prospère”, a expliqué à sa prise de parole Stella Wateba Ihou, Présidente de l’Association des Femmes pour la Non-Violence avant d’ajouter plus loin que “nous devons tout faire pour que la jeune fille aille plus loin dans ses études… Aujourd’hui toutes les preuves sont réunies pour nous prouver que quand une femme veut prendre une décision en tant que responsable à un poste de responsabilité…Elle le fait bien”.

Dieudonné Messan

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here