Conseil de l’Entente, 5,29 milliards de la BAD au CERFER pour la formation de 8 000 diplômés

0
742
Photo: Georges Bohoussou, Responsable pays pi de la BAD au Togo 

La jeunesse des 5 pays membres du Conseil de l’Entente pourra bientôt se professionnaliser dans les métiers de la route, du chemin de fer et des mines.

Selon une étude de la Banque Africaine de Développement (BAD), la jeunesse africaine qui connait une croissance impressionnante devra doubler en nombre pour passer à plus de 830 millions en 2050.

Cependant, seulement 3 millions d’emplois sont créés  chaque année dans le secteur formel alors que 10 à 12 millions de jeunes débarquent sur le marché de l’emploi par an. Les mêmes études ont confirmé que même lorsque des emplois sont disponibles, les jeunes du continent noir manquent de compétences requises par les employeurs pour accéder aux postes pourvus. Ainsi, deux tiers des jeunes africains sont à ce jour au chômage.

Pour faire face à cette situation et réduire le chômage au sein de la jeunesse, le Centre Régional de Formation pour l’Entretien Routier (CERFER) précédemment spécialisé uniquement dans la formation de jeunes techniciens à l’entretien routier a opté pour l’élargissement de ses curricula en matière d’offres de  formations de qualité à l’endroit de cette jeunesse.

C’est dans cette dynamique que le Projet d’Appui à l’Intégration de la Formation (PAIF) dont l’exécution est estimée à un coût global de 6,31 milliards de francs CFA a été lancé ce mardi 19 mars 2019 à Lomé la capitale togolaise par les plus hautes autorités du Conseil soutenu par la (BAD).

Financé à hauteur de 5 216 000 000 de francs CFA par la BAD avec une contrepartie de 1,02 milliards des 5 États membres du Conseil de l’Entente, ce projet devra favoriser la formation et l’insertion de 320 nouveaux diplômés par an soit un total cumulé de 8 000 diplômés  avec une exigence de 30% de filles parmi ceux-ci pendant les 25 prochaines années dans les métiers du chemin de fer, de la route, et des mines.

Outre la formation des jeunes, ce projet devra également entre autre servir au CERFER  à la rénovation des outils de gestion et de pilotage stratégique, la mise en place d’un dispositif de prospection et de suivi de l’insertion professionnelle des diplômés, la réhabilitation et l’extension des centres de formation, ainsi que la révision des contenus de formation.

Le but visé par ces réformes au sein du CERFER qui a déjà formé  plus de 4000 techniciens est d’améliorer la qualité et l’offre de formation de cette Institution du Conseil de l’Entente en vue d’accroître les opportunités d’insertion socioprofessionnelles des apprenants de la sous-région ouest africaine dans les domaines sus cités dans une approche de coopération et d’intégration en matière de formations.

« La particularité du projet PAIF réside à juste titre non seulement dans sa capacité à répondre à la problématique de l’emploi des jeunes mais aussi  de contribuer à répondre aux défis du développement des infrastructures et de l’intégration régionale qui représentent autant de défis majeurs pour notre continent », a souligné Georges Bohoussou, Responsable pays pi de la BAD au Togo.

Dieudonné Messan

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here