OACI, des cadres à Lomé pour une remise à niveau en gestion de conformité aux normes et pratiques recommandées

0
536

Des cadres moyens et supérieurs de l’aviation civile ont entamé une session de renforcement de capacités à partir du lundi 18 février 2019 dans la capitale togolaise.

Cette formation comptant pour la 22ème  séance d’une série de 24 à travers le monde répond aux recommandations de l’Organisation de l’Aviation Civile Internationale (OACI) en matière de gestion de conformité aux normes et pratiques.

Les travaux ont été ouverts à Lomé par les autorités togolaises en présence des premiers responsables de l’OACI, des directeurs généraux et représentants de compagnies aériennes ainsi que de la représentation diplomatique de Chine au Togo.

Jusqu’au 22 février prochain, des jeunes pilotes cadres moyens et supérieurs venus de 8 pays d’Afrique dont le Togo seront outillé sur des notions relatives à la sécurité des vols, la sûreté et la facilitation, le développement du transport aérien et l’efficacité de la navigation aérienne.

“Le caractère transfrontalier de l’aviation civile exige qu’en volant d’un pays à un autre qu’on ait les mêmes pratiques. Il faut que la façon de conduire l’avion, de mettre les équipements et la façon de disposer l’aérodrome soit internationalement reconnue. Et donc les participants à cette formation vont renforcer leurs capacités pour prendre les bonnes décisions au bon moment pour la bonne cause conformément à la convention de Chicago signée en 1948 “, a expliqué François Xavier Salambanga, expert régional en communication, navigation et surveillance, représentant de l’OACI à l’ouverture des travaux.

La session qui s’inscrit dans le cadre de la campagne d’assistance mutuelle de l’OACI dénommée “aucun pays ne soit laissé de côté” devra à terme permettre aux États d’établir et de maintenir un système de supervision de la sécurité et de la sureté aérienne durable, aider à remédier aux carences identifiées et renforcer la culture de sécurité et de sûreté dans l’aviation.

Il s’agit en définitive pour l’OACI et les États à un moment où les prévisions indiquent un redoublement du trafic aérien en 2030 d’améliorer et uniformiser de façon efficiente les pratiques et normes sécuritaires dans l’aviation civile et de réduire significativement les risques d’insécurité dans la navigation. ” La présente session œuvre à l’amélioration et au maintien de la sécurité et de la sureté du transport aérien à son plus haut niveau possible et à fédérer nos efforts pour la réussite de l’aviation civile internationale”, a rassuré Zouréatou Tchakondo, Ministre togolaise des transports et des infrastructures.

Il faut souligner que cette formation est entièrement financée par la République populaire de Chine grâce à la coopération sino-africaine.

Dieudonné Messan

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here