Togo : Des détenus enfin libérés

0
744

Ils  sont 454, membres d’organisations de la société civile togolaise, des responsables politiques, Jeunes militants et sympathisants de partis politiques regroupés au sein de la coalition des 14 partis de l’opposition togolaise et bien d’autres encore   à bénéficier de la grâce présidentielle du président togolais depuis le 3 janvier 2019 par un décret présidentiel.

Faure Gnassingbé, Président de la République togolaise a usé d’une de ses prérogatives que lui confère la constitution de la quatrième république en son article 73 pour exercer son droit constitutionnel vis à vis des détenus arrêtés pour la plupart lors des manifestations de la coalition de l’opposition à travers le pays.

Jugés et condamnés à des peines de prison, ces derniers  purgeaient jusqu’à ce jour  leurs peines dans les différentes prisons civiles à travers le pays notamment à Lomé, Kara, Atakpamé, Sokodé, Dapaong, Aného, Kpalimé, kanté Bassar, Vogan, Notsè, Tsévié et Mango.

Ainsi l’exécution du décret N°2019-001/PR ce 8 janvier 2019 par le ministère de la justice et des relations avec les institutions de la République, rendu public par le gouvernement ce même jour , a permis à la justice togolaise d’accorder une remise de peine au nom de Faure Gnassingbé à ceux que l’opposition réunie au sein de la coalition de 14 partis qualifient de prisonniers politiques du régime RPT-UNIR.

Bien d’autres prisonniers restent en détention dans le cadre des manifestations de l’opposition ainsi que des organisation de la société civile  notamment le premier responsables du mouvement « En aucun cas » Foly satchivi,  en prison depuis Août 2018 et qui devra comparaitre au palais de justice de Lomé le 9 janvier 2019 à partir de 8h.

Dieudonné Messan                           

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here