Togo: L’opposition veut retourner dans la Rue

0
655

Le coalition de l’opposition togolaise réunie en conférence de presse ce mardi 23 octobre 2018 à Lomé, s’est prononcée sur la situation qui a prévalue lundi au siège de l’Assemblée nationale relativement au vote pour la nomination de 5 membres de la coalition de l’opposition pouvant siéger à la CENI.

Selon les explications de l’honorable Jean Kissi, député du CAR, parti membre de la coalition, seuls les députés du parti UNIR ont voté sur ordre du Président de l’Assemblée nationale Dama DRAMANI, 4 des 5 membres figurant sur la liste plurinominale proposée par la C14 portant ainsi à 7 les représentants de l’opposition a la CENI.

L’élection des 5 représentants de la C14 ajoutés aux 3 membres de la société civile et de l’opposition extra parlementaire préalablement nommés, devrait porter à 8 les membres de l’opposition à la CENI telle que prescrit par le comité de suivi de la CEDEAO.

Devant le fait accompli, la coalition à travers une déclaration rendu publique à l’occasion, dénonce et condamne un coup de force à des fin de fraudes électorales orchestré par le pouvoir en place et qui risque d’aggraver la crise que traverse le pays depuis de 19 Août 2017.

La C14 qui conteste depuis le début du processus électoral engagé par le pouvoir, le fonctionnement de la CENI sans ses représentants, fait savoir à travers le même communiqué  que tant que l’ensemble de ses 8 représentants ne sont pas nommés, il n’est pas question que les 7 prêtent serment et siègent à la CENI.

L’opposition dénonce en fin une violation de la feuille de route de la CEDEAO et demande à l’institution sous régionale de prendre ses responsabilités face aux manœuvres unilatérales du parti UNIR au pouvoir.

Sans annoncer de date précise, la coalition dit prévoir descendre à nouveau dans les rues à travers le pays pour réclamer et exiger ce qui est son droit constitutionnel en vue d’un règlement favorable de la crise socio politique dans le pays. “Le comportement du régime en face nous oblige de recourir au droit constitutionnel de manifester. Tous est une question d’opportunité. Nous n’avons pas annoncé de date nous demandons aux populations de rester à l’écoute. Le moment venu nous exercerons nos droits et nous le ferons de manière à ce qu’on voit que les populations togolaises ne sont pas d’accord avec ce régime”, a  martelé Brigitte Kafui ADJAMAGBO- JOHNSON, Coordonnatrice de la coalition des 14 partis de l’opposition.

Dieudonné MESSAN

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here