Togo : Des OSC outillées pour une gestion efficiente des deniers publics

0
470

Les membres des organisations de la société civile togolaise étaient en séance de formation les 5 et 6 septembre dernier à Lomé.

Cette formation qui était à l’initiative de la Concertation Nationale de la Société Civile Togolaise (CNSC-Togo) portait sur l’analyse citoyenne du budget de l’État au tour du thème “le processus budgétaire des organismes publics et mode de gestion des services publics locaux”.

Il a été question pour les formateurs dans la dynamique des élections locales qui s’annoncent dans le pays, pendant ces deux jours de renforcement de capacités techniques, de former les membres des organisations de la CNCS sur les attributions et le régime juridique des différents agents impliqués dans la gestion des budgets des organismes publics, d’expliquer aux participants les opérations qui se réalisent dans la gestion de ces budgets ainsi que les périodes d’enregistrement comptables des opérations budgétaires et de former les participants sur les techniques de reddition des comptes des organismes publics.

“Il s’agit pour nous de faire en sorte que les nouveaux élus qui seront là répondent au rendez-vous de la bonne gouvernance en suivant les gestionnaires depuis l’identification des besoins, l’élaboration des projets, la définition de budget pour la réalisation de politiques publiques pour que nous puissions être comptables de la gestion de l’État”. A laissé entendre Ouro Bossi TCHACONDOH, membre du conseil d’administration de la CNSC Togo.

L’action intervient dans le cadre de l’exécution du projet de formation des membres de la CNSC Togo, investit dans la mission de contrôle citoyen de la conduite des affaires publiques conformément aux directives de l’UEMOA qui donnait en 2009 la possibilité à l’opinion publique d’avoir un droit de regard sur la gestion des deniers publics.

D’après les promoteurs l’initiative qui a le soutien de la fondation HANNS SEIDEL, a pour but de contribuer à l’assainissement de la gestion des finances de l’État et à celui des collectivités locales par le renforcement du contrôle citoyen de l’action publique.

“Nous voulons dans un premier temps que les privilégiées qui ont été conviés à cette formation une fois retournés dans leur localité et associations fassent une bonne restitution. Et dans un second temps il faudrait aider au niveau local les collectivités,  les acteurs politiques et le citoyen lambda à comprendre comment l’État gère les finances publiques, dans un sursaut de démocratie et de bonne gouvernance”. A partagé Franck ARIDJA, coordinatrice de programmes à la fondation HANNS SEIDEL.

Dieudonné MESSAN

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here