Togo : Ricardo Gouzou et compagnons du FCTD libérés

0
577

(Reporterdafrique.com) – Les 9 membres du front citoyen Togo debout arrêtées ce jeudi à Lomé viennent de recouvrir leur liberté. selon des sources dignes de foie, “les 9 personnes interpelées viennent d’être libérées. Elles sont sortis des locaux du SRI”. A appris la rédaction de Reporterdafrique.

En effet, alors que le pouvoir de Lomé II avait déjà autorisé la manifestation populaire pacifique que le front citoyen Togo  debout (FCTD) entend tenir ce vendredi 5 octobre 2018, les responsables de ce mouvement de la société civile togolaise ont fait objet d’une vague d’arrestations ce jeudi veille de la manifestation.

Le front dit organiser ces manifestations populaires en respect aux mesures d’apaisements préconisées par la feuille de route de la CEDEAO le 31 Juillet 2018 dernier pour exiger du gouvernement togolais la libération sans condition de 43 détenus politiques arrêtés et jetés en prison arbitrairement dans les rangs des mouvements de la société civile.

A en croire le professeur Roger Folikoué, un des portes-paroles du Front, le mouvement qui avait déjà reçu le soutien indéfectible de la coalition des 14 partis de l’opposition à travers une déclaration rendu publique mercredi 3 octobre par les premier responsables de la C14, appelant les togolais à se joindre massivement à ces manifestations, déplore l’arrestation de 9 de ses membres.

Pendant que les membres  du mouvement se sont dispersés ce jeudi dans les quartiers de la capitale dans une dynamique de sensibilisation en distribuant des affiches d’informations aux populations en vue de mobiliser ces derniers pour les dites manifestions du 5 octobre, un groupe de 9 des membres avec à sa tête  le sieur Ricardo AGOUZOU a été interpelé dans le quartier Agoè Assiyéyé  par des éléments du service central d’investigation criminelle (SCIC ancien SRI) les forces de l’ordre puis  conduits au service de renseignement et d’investigation (SRI) de la gendarmerie nationale.

contacté par les premiers responsables du Front le commandant du SCIC répond qu’il s’agissait d’un contrôle d’identité et que les personnes interpelées seront incessamment libérées.

Dans une déclaration rendue public quelques heures après l’arrestation le FCTD avait dénoncé et condamné ce qu’il a qualifié de “manœuvre d’intimidation et de démobilisation entreprises par les SCIC et exige la libération immédiate et sans condition des personnes interpelées”, ce qui vient d’être fait avec la libération des 9 personnes interpelées. Le mouvement demande par le biais du même communiqué aux populationsde ne pas céder à cette manigance et de rester mobiliser pour les manifestations du vendredi 5 Octobre 2018″.

Rappelons que Le  5 octobre au Togo est la date anniversaire du soulèvement populaire du peuple togolais en 1990 pour réclamer l’ouverture démocratique du pays.

Dieudonné MESSAN  

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here