CILSS : Fin des consultations techniques de Lomé, voici l’intégralité des recommandations

0
480

Les consultations régionales engagés le 12 septembre dernier par le Comité permanent Inter-États de Lutte contre la Sècheresse dans le Sahel (CILSS)  avec ses treize États membres et les partenaires ont pris fin le vendredi 14 septembre 2018 dans la capitale togolaise.

Cette rencontre qui portait sur les perspectives agricoles ainsi que  la sécurité alimentaire et nutritionnelle dans le cadre du dispositif de veille de l’organisation sous-régionale a permit aux participants de dresser dans un premier temps le bilan agropastoral à mi- parcours de la campagne 2018-2019, de faire le point sur la situation des marchés régionaux et internationaux mais aussi de préparer des missions conjointes d’évaluation préliminaires des récoltes et du cycle d’analyses nationales avec l’outil cadre harmonisé.

D’après les premiers responsables du CILSS réunis à l’occasion de la cérémonie de clôture en présence des autorités gouvernementales du Togo,ces assises ont fourni des éléments d’informations qui donnent la possibilité d’envisager des dispositions éclairées dans le cadre de la lutte contre la chenille légionnaire identifiée comme l’une des menaces des cultures et des mesures préventives dans le domaine agropastoral.   ” De ces travaux ont découlé des éléments d’informations qui nous permettront de planifier à propos les décisions à prendre” A émis Djimé ADOUM, secrétaire exécutif du CILSS.

Pour le gouvernement togolais, ces assises de Lomé ont été très utiles dans la mesure où elles ont permit d’aboutir à des résultats fiables avec de recommandations qui ne devront pas tarder à s’exécuter. “Les résultats auxquelles vous êtes parvenus sont pour nous une source de satisfaction. Au regard de leur pertinence et traduisent non seulement votre engagement à produire des informations fiables pour faciliter la prise de décisions mais aussi et surtout ces résultats constituent un schéma viable et actualisé de perspectives agricoles et alimentaires de l’ensemble de notre région Sahel et Afrique de l’Ouest” A d’abord estimé Dindiogue KONLANI, Directeur de cabinet du ministère de l’agriculteur de l’élevage et de la Pêche du Togo.

En vue de conforter le CILSS dans sa mission qui est de garantir la sécurité agropastorale et alimentaire des États membres, la réunion de Lomé aura accouché des recommandations à la fois à l’endroit des  États membres, des partenaires et de l’organisation sous-régionale même.

A l’endroit des États membres il leur est demandé de promouvoir la culture irriguée de contre saison notamment  le riz, le maïs, le blé, et les produits maraîchers, de promouvoir une meilleure coordination de la lutte contre la chenille légionnaire par la création et l’opérationnalisation de taxes forces nationales, d’élaborer des plans nationaux de recherches et de capitaliser les bonnes pratiques en matière de surveillance et de lutte contre la chenille et le criquet pèlerin, de conduire des testes d’efficacité biologique des pesticides et de promouvoir leur homologation, de renforcer la surveillance pastorale au niveau des zones à risques identifiées notamment à l’ouest et au centre du sahel, d’engager des études approfondies et des actions innovantes pour régler la question de la prévalence élevée de la malnutrition dans les zones signalées.

Concernant le CILSS il est recommandé à l’organisation sous-régionale la poursuite du renforcement de capacité des experts nationaux intervenant dans le cadre de la prévention et de la gestion des crise alimentaires à travers la formation sur le suivi des pluies, des cultures, et l’estimation des rendements de la végétation et de la biomasse de même pour le système d’information sur les marchés, de renforcer des action de plaidoyer en faveur de la mobilisation de ressources pour la gestion du fléau de la chenille légionnaire, accompagner les pays dans l’homologation des pesticides dont l’efficacité a été prouvée sur la chenille légionnaire.

S’agissant des partenaires il leur est demandé de poursuivre et de renforcer l’accompagnement  des pays dans la mise en place et le fonctionnement des instrument de prévention et de gestion des crises notamment le dispositif d’enquête agricole, le système d’alerte précoce, les groupes de travaille pluridisciplinaire impliqués dans le suivi de la campagne, le système d’information sur le marché agricole et à bataille et d’appuyer la taxe force régionale et les pays  dans la lutte contre la chenille, appuyer les pays du CILSS dans la mise en œuvre du plan de renforcement des capacités.

“Je voudrais vous rassurer que le gouvernement togolais de même que les autorités du CILSS, de la CEDEAO et de l’UEMOA ne ménageront aucun effort pour prendre en compte ces recommandations qui viennent de leur être adressées”. Avait ajouté le Directeur de cabinet.

Une prochaine concertation est prévue en Novembre prochain à Abidjan en République de Côte d’Ivoire dans la perspective d’une photographie claire et pertinente de la situation agricole, alimentaire et nutritionnelle qui permettront finalement aux participants de la réunion annuelle du RPCA qui aura lieu en Décembre prochain à Banjul en Gambie, de prendre des décisions idoines pour faire face aux risques identifiés.

Dieudonné MESSAN  

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here