Togo : ASDI sur pied contre les substances contenues dans les équipements électroniques

0
521

La manipulation de certains matériels et outils électroniques surtout gâtés peut êtres nuisible à la santé humaine du fait des substances chiques et toxiques que contiennent ces derniers.

Des téléphones portables aux  tablettes en passant par les ordinateurs jusqu’aux insecticides et pesticides utilisés par les agriculteurs des substances et métaux le plus souvent nuisibles à santé humaine et à l’environnement sont quotidiennement en contact avec les populations.

Ils s’agit en l’occurrence des retardateurs de flammes bromés contenues sur les circuits imprimés ou dans les plastiques, du plomb, du cadmium, du lithium et du mercure, qui une fois rentré dans l’organisme s’en vont déséquilibrer le système hormonal qui gouvernent notre croissance et notre reproduction. Ce qui génère de problèmes de santé avec des cas de décès, de malformation, des retards mentaux, des fausses couches, et des retards de croissance.

En vue de limiter les débats causés par ces substances, l’ONG Action Sociale pour le Développement Intégral (ASDI)  appuyé par le gouvernement togolais avait sensibilisé le mercredi 5 septembre 2018 les populations de Lomé sur les risques liés à l’exposition à ces substances le plus souvent contenues dans les équipements électroniques.

Il faudra qu’on prenne conscience dorénavant et qu’on collecte ces équipements gâtés pour les faire recycler par ceux qui maîtrisent la gestion de ces types de déchets”. A partagé Tchamsi kokou Mountou, Directeur exécutif de l’ONG ASDI.

Une campagne nationale de collecte des batteries de téléphones et des ordinateurs gâtés a également été lancée à la même occasion par les premiers responsables de l’ONG.

“Cette campagne nous permet d’aller vers les populations et de leurs dire le danger qu’elles courent en manipulant un certain nombre d’objets qui contiennent des substances dangereuses”. A laissé entendre Nadjo N’ladon Casimir, Chef programme produits chimiques et déchets dangereux au ministère de l’environnement.

Dieudonné Messan

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here