BCEAO : Les services douaniers du Togo sensibilisés sur la domiciliation des exportations

0
665

Les recettes d’exportation constituent l’une  des principales sources d’alimentation des réserves de changes de l’UEMOA. Ces réserves  permettent de couvrir  les besoins de payement d’un État membre de l’Union   à destination de l’étranger sans tenir compte de sa contribution au pôle commun de devise

Le rapatriement des recettes d’exportation  son une obligation légale de l’Union Économique Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) dans le cadre de la centralisation des réserves de change.

Selon la Banque Centrale des États d’Afrique de l’Ouest (BCEAO), le principe de rapatriement des recettes quand bien même qu’il soit une obligation des États membres n’est pas respecté par ces derniers.

Au Togo  par exemple, alors que le taux minimum de rapatriement des recettes  d’exportation est fixé à  80% pour les pays de l’UEMOA, le taux de domiciliation des recettes du pays  à fin juin s’était établi à 61% en amélioration de 20 points  de pourcentage par rapport à son niveau qui était à 41%  en 2017.

D’après les experts de la BCEAO le non domiciliation des exportations par les opérateurs économiques auprès des banques serait la principale cause de la faiblesse du taux de rapatriement des recettes d’exportations du  pays.

En vue d’aplanir les entraves qui persistent dans la mise en œuvre des dispositions réglementaires en matière de domiciliation des recettes  aux fins de  résoudre le problème, la banque centrale a procédé le jeudi 23 Août 2018 à Lomé à la sensibilisation cadres des services douaniers, des banques  ainsi que des opérateurs économiques du pays  sur l’importance du rapatriement des recettes d’exportations et les principales dispositions réglementaires relatives à la domiciliation et au rapatriement des recettes d’exportation.

Il a essentiellement  été question pour la banque face aux participants de faire un aperçu général des prescriptions réglementaires régissant les exportations de marchandises et le rapatriement de leurs produits, de présenter l’état des lieux du rapatriement des recettes d’exportation au Togo, de rappeler les obligations  à la charte de chaque acteur dans le processus d’exportation des marchandises , et de faire une mise au point des sanctions applicables en cas d’infractions aux dispositions réglementaires régissant le rapatriement des recettes d’exportation.

Le respect des dispositions réglementaires en matière de domiciliation et de rapatriement de recettes d’exportation permet à la banque centrale d’assumer  sa mission de stabilisateur de la monnaie locale. « L’existence de réserves de change conséquentes constitue également une exigence institutionnelle pour la banque centrale chargée de sa gestion et permet d’assurer la stabilité de la monnaie commune, le franc CFA ». A déclaré Adjatougbé Fioklou, Directeur de l’Agence Principale de Lomé BCEAO- Togo.

Dieudonné Messan

 

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here