Togo : La recrudescence de l’insécurité sur les routes

0
548
Le Général Yark Damehame, Ministre de la sécurité et de la protection civile

La route ne cesse d’occasionner des morts, une situation  qui devient de plus en plus inquiétante.

D’après le rapport sécuritaire du premier semestre de l’année 2018 présenté par les autorités en charge de la sécurité et des transports le vendredi 03  Aout 2018 à Lomé, 2 840 cas d’accidents ont été enregistré sur l’ensemble des routes du pays par les services  de police et de la  gendarmerie au cours des six derniers moins.

De ces accidents, on note 3817 blessés et 286 morts soit 473 accidents, 636 blessés, 48 morts par mois avec un taux de mortalité routière de 3,44  pour cent mille  sur une population estimée à 7million 444 mille trois cent soixante quatre habitants en 2018 .

Le mois de janvier a particulièrement été cruel avec un pic de 548 cas d’accidents pour 52 morts.

Comparé aux chiffres du second semestre de l’année 2017 on distingue une hausse des cas d’accidents. De 2622 de cas d’accidents pour le deuxième semestre de 2017 les chiffres sont  montés à 2840 cas ce semestre. De 265 morts on en  est à 286 et de 3379 blessé on est passé à 3817 dont 167 par moto soit 58%,  les voitures légères avec 70 morts soit 25%, pour les camions 45 morts 16% et les trains enregistrent 4 soit 1%.

Pour les engins impliqués, les motos sont en tête avec 3348 cas soit 63%, suivi des véhicules avec 1516 cas soit 32%, les camions 219 cas 4,82% et les trains 4 cas soit 0,8% avec un total de 5287 engins impliqués dans des accidents au cours de ce premier semestre.

Selon le rapport cinq récurrentes causes sont    identifiées pour ces cas d’accidents à savoir,  l’excès de vitesse avec 712 cas, le défaut de maitrise 481 cas, le non respect des feux tricolores 219 cas, 158 cas pour les dépassements défectueux, et 137 cas enregistrés pour les  refus de priorité.

Au vue de ces statistiques, la situation sur la sécurité routière dans le pays  devient  inquiétante pour les autorités en charge de la question.

« La sécurité routière devient un problème. Nous avons constaté que cette année il y a plus de morts que l’année dernière. Au lieu d’aller de moins en moins on a l’impression que tout ce qu’on fait comme sensibilisation ne dit rien aux gens. Nous demandons aux usagers des engins deux roues de passer le permit de conduire. Il faut une prise de conscience collective et individuelle pour éviter  ces morts inutiles ».

A  déclaré Yark Damehame, Ministre de la sécurité et  de la protection civile.

Dieudonné Messan  

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here