Togo : L’offre de la banque mondiale pour la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

0
500

Le gouvernement togolais appuyé par la banque mondiale a procédé ce lundi 11 juin 2018  au lancement des activités relatives à  l’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Des acteurs du secteur public et privé venus de tout le pays se retrouvent en séance de formation sur le sujet jusqu’au 13 juin prochain à Lomé la capitale du pays.

Les trois jours de travaux permettront aux participants d’identifier et d’analyser sous l’expertise des experts de la banque mondiale suivant les standards internationaux  les faiblesses et les risques du pays en matière de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme conformément aux recommandations du GAFI qui définit le cadre juridique de la lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme  dans l’espace UEMOA à l’horizon 2020.

« Il est important que le pays face cette évaluation afin de bien évaluer les risques liés aux activités illégaux et criminelles. Et donc la banque mondiale a le plaisir d’accompagner le gouvernement du Togo, les institutions et organismes associées à faire cette évaluation. Cet atelier de trois jours est lancé pour présenter l’outil de la banque mondiale à développer  pour aider le pays à entreprendre l’évaluation des risques nationaux ».     A affirmé Joëlle Dehasse, Représente Résidente de la banque mondiale pour le Togo.

Il s’agit spécifiquement pour le gouvernement et ses partenaires de marquer cette  deuxième phase du  processus  qui devra durer 6 mois tout au plus, par la formation  d’experts techniques sectoriels au plan national  dans une approche interactive qui aboutit à une meilleur connaissance de la notion d’évaluation du risque de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme à travers une démarche pratique de familiarisation des participants avec l’outil d’évaluation conçu pour le Togo par l’équipe de la  banque mondiale.

« C’est une obligation  des recommandations du GAFI, Il faut que nous même nous détections nos vulnérabilités, nos menaces et c’est sur le rapport de cette détection que les évaluateurs pourront arriver à  faire une évaluation national des risques du blanchiment de capitaux et du financement du terrorisme  sur le dispositif du pays. Le gouvernement du Togo tient au respect de ces recommandations et c’est ce qui justifie la tenus de cette rencontre à Lomé ». A déclaré Tchaa –Bignosssi- zakari Aquitème, Coordonnateur de l’évaluation nationale des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.

Un rapport  d’évaluation finale de la politique nationale de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme est attendu au terme du processus à la fin de l’année en cours  pour adoption.

Dieudonné Messan

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here