Le Togo déclaré éligible pour la phase 3 du projet « C E A Impact » de la Banque mondiale.

0
543

Le pays est appelé à soumettre de nouvelles propositions de projets  dans le cadre du démarrage de la nouvelle phase du projet Centre d’Excellence Africain pour un impact sur le développement (CEA – Impact).
L’information a été rendu publique le lundi 10 Avril 2018  à Lomé lors d’une réunion tenue conjointement par  la banque mondiale et les autorités gouvernementales togolaises.
C’est un projet misse en œuvre depuis 2014 par la banque mondiale en faveur des universités africaines dans la perspective de soutenir les filières d’enseignement spécialisées dans les domaines de  la science,  la technologie, l’ingénierie, les mathématiques,  l’agriculture  et  la santé.
Le programme  compte à ce jour 22 CEA à caractère régional qui sont en cours d’exécution  dans des universités africaines notamment au Bénin, Burkina Faso, Cameroun, côte d’Ivoire, Gambie, Ghana, Nigéria et au Togo.
Notons que le Togo a déjà fait preuve de bon élève dans le cadre de ce projet au cours des trois dernières années à travers le Centre d’Excellence Régional sur les Sciences Aviaires (CERSA) qui constitue un succès aux yeux de  Joëlle Dehasse, Représentante Résidente de la Banque Mondiale  au Togo. « Les résultats que le CERSA présente après 3 années de mise en œuvre sont très encourageants  sur tous les plans notamment en terme de formation, de recherche et de  partenariat avec le privé, les industriels au niveau local régional et international et répondent parfaitement aux objectifs qui avaient été fixés lors de sa conception ». S’est-elle félicitée.  Et de poursuivre «  le moment est venu pour la banque mondiale de lancer une nouvelle phase du projet  des centres d’excellence. Il s’agit de capitaliser l’expérience acquise dans le cadre du projet initial et de passer  à l’échelle supérieure en mettant l’accent sur l’impact sur le développement et la productivité. Nous avons choisi de poursuivre ce projet par ce que l’Afrique a besoin de poursuivre le développement de son capital humain pour effectuer sa pleine transformation. Car il existe  encore une forte demande non satisfaite de techniciens, d’ingénieurs, de chercheurs et de professionnels de hauts niveau  pour contribuer à la croissance des secteurs en plein essor tels que  les transports ,la santé, la logistique ,les chemins de fer les technique de l’information et de la communication ».

Pour le gouvernement togolais, cette nouvelle offre de la banque mondiale est de bonne guerre pour le développement de l’enseignement supérieur dans le pays.
Le pays doit relever ce  défi d’excellence à travers des propositions de projets pertinents et de portée régionale.
« Le passage à la phase 3 de ce projet est une opportunité à saisir par les universités du Togo qui doivent élaborer  des projets innovants devant aboutir aux centres d’excellences dans d’autres domaines .Il s’agit pour le gouvernement d’aider à atteindre par l’éducation la formation, la recherche et l’innovation,  les objectifs de développement durable ».  A affirmé Octave Nicoé Broom, Ministre  en charge de l’enseignement supérieur et  de la  recherche.

Dieudonné Messan

Visitez nous

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here